15_Un esprit avant d’être une femme

Elle avait pris ce pli_Victor Hugo

Terminons ce cycle par l’antithèse du poète maudit, la statut du commandeur, celui dont personne n’échappe à l’ombre, à l’écriture ce que Beethoven est à la musique : le maitre. Victor Hugo : 1802-1885, autant dire le 19ème siècle.  Victor à lui seul porteur de la geste napoléonienne, puis principal opposant à l’empire du petit napoléon. Hugo, romancier, dramaturge, dessinateur, écrivain, pamphlétaire et poète, à chaque fois avec génie. Hugo conduit à sa mort directement au Panthéon.  Victor, politique et romantique, inflexible et doux, admirateur de son père, mais fondamentalement plus proche de sa mère, penseur politique et  père puis grand-père attentif et tendre. Avant la tragédie. Victor qui perd sa fille Léopoldine, au premiers jours de septembre 1843, noyée de rivière, telle une Ophélia avec son mari, pourtant grand nageur mais qui la suivit au fond du gouffre. Victor dont seule une fille lui survivra sur 5 enfants, et folle, la pauvre Adèle. Victor si touché par la disparition de sa fille que sa plume s’éteint pendant 10 ans; jusqu’à l’exil à Jersey. Alors seulement il se remémore  dans le recueil des Contemplations, les sensations fugaces de la présence d’un enfant dans une vie. Et dans ce poème, comme pour ne pas voiler le charme impalpable des matinées qu’il évoque,  il a la pudeur de ne pas mentir sur sa peine, mais de la dire  seulement dans les dernières strophes une fois les visions légères comme l’air transmises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + treize =