Catégories
Podcasts maudits

3_L’adieu supreme des mouchoirs

Troisième poete maudit inscrit sur le carnet de Verlaine, maltraité par l’époque qui en a fait un hermétique un peu pompeux, un intello, Etienne dit Stéphane porte son nom qui est déjà un poème comme une étiquette sur le port-salut : Mallarmé, il l’aura été face à la veulerie de l’existence et à la grossiereté de ses contemporains. Mallarmé le professeur d’anglais par nécessité, dépressif, maltraité par des élèves assez loin de l’azur, Mallarmé l’admirable né à Paris en 1842 sous le règne de Balzac, Hugo et Eugène sue, mort en 1898, juste à temps pour être dans le bon camps, celui des dreyfusards. Mallarmé qui n’aura jamais baissé les armes face au vertige de l’absurde et à la recherche de l’horizon. A la mort de Verlaine il se voit attribuer le titre secret de prince des poètes, il n’exercera son règne que deux ans